Bienvenue dans cette prestigieuse académie asiatique, mais aussi occidentale, réputée pour ses nombreuses options, ainsi que son confort.
Et oui, il est inutile de prendre le tramway ou de venir en voiture lorsque les dortoirs se trouvent juste à côté de l'établissement scolaire!
Cette académie accueille les collégiens, les lycéens, mais aussi les étudiants universitaires.
C'est une belle académie vu de cette façon, mais encore faut-il avoir les moyens de payer car tout ceci n'est pas donné! Elle est réservée à la haute société, et donc très chère, si vous êtes un prolétaire arriverez-vous à l'intégrer?



 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Rencontre inatendue [PV Natsu]

Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Rencontre inatendue [PV Natsu]   Mar 24 Nov - 17:26

Une nouvelle journée commença. Une journée des plus normale. le soleil se leva un peu tard, mais ce qui n'empêcha pas de réveiller le jeune homme. Il n'était pas pas dans son lit, comme le serait toute personne. Non, il se trouvait assis sur sa chaise de bureau, les bras croisées sur son bureau et sa tête reposant sur ses bras. Cela n'était pas une position très confortable, mais lorsqu'on s'effondre de fatigue sur ses cours, difficile de choisir une bonne position qui ne vous fera pas mal au dos. Comme chaque soir, il était veillé très tard sur ses notes avant de sombrer dans la fatigue. Cela ne serait donc pas la première fois qu'il se réveillerait avec des marques rouges sur la joue et ne sentant plus ses bras où le sang ne circulait plus. Et ce matin, il n'échappa à cela. A son réveil, il fronça les surcils, montrant que le soleil le gênait. Et lorsqu'il se remit droit, il grommela quelqu'un chose d'incompréhensible, montrant qu'il avait mal au dos. C'était comme un rituel du matin. Mais en ce début de matiné, il aurait bien aimé ne pas avoir ce mal de dos qui le hantait chaque jour. D'accord, il pouvait aller tout de suite se faire masser afin de ne plus ressentir cette douleur, mais aujourd'hui il n'avait pas le temps. Aujourd'hui, il retournait à l'académie Sakurako. Cela faisait un moment qu'il n'y avait pas mis les pieds. Il espérait que rien n'avait changé depuis son dépard, qu'on le respecterait toujours autant. Et si ce n'était pas le cas ? Et bien il ferait en sorte que tout redevienne normale, c'est-à-dire, lui en haut de l'échelle et les autres, ses imbles serviteurs. Cela était comme cela avant et cela redeviendrait ainsi lorsqu'il remettrait le premier pas dans l'enceinte de cet établissement.
Toujours sur sa chaise de bureau, Mayuchito s'ettira longuement tout en baillant. Puis un léger "crac!" se fit entendre. Voila que son dos venait de se remettre bien en place, ce qui eut pour effet de bien le réveiller. Mais il y avait autre chose qu'il allait le remettre sur pied aussi vite : une douche. Il ne prit guère le temps de pavasser sous l'eau, il n'avait pas que cela à faire. Plus vite il serait arriver à l'académie, mieux cela serait. Un bon coup de sèche-cheveux et un élastique dans les cheveux et le voila fin prêt à sortir de sa salle de bain, bien évidemment, bien habillé. Il n'était pas du genre à sortir les fesses à l'air, bien que cela plairait certainement à ses domestiques féminines. Mais voyez-vous, il ne voyait pas en quoi cela leur servirait de voir son torse nu et les cheveux mouillés. Ce spectacle, il le réservait qu'à lui même et pourquoi à une demoiselle. Mais il fallait déjà la trouver, ce qui n'était pas une mince à faire.
Le jeune homme se rendit ensuite dans la cuisine, là, son petit déjeuné l'attendait bien sagement sur la table. Un café, des croissants et des pains au chocolat. Quoi de plus royal qu'un petit déjeuné européen dans une maison japoanaise. Mais, il ne prit, là encore, que peu de temps pour savourer ces bonnes choses qu'il quitta sans plus tarder la cuisine pour retourner dans sa salle de bain. Là, il se lava les dents puis alla récupérer sa valise adns sa chamabre avant de descendre dans le hall de la villa familliale. On aurait pû s'attendre à voir ses parents venir l'accompagner jusqu'à la voiture, mais personne, juste quelques domestiques. Cela n'était pas étonnant, ils travaillaient très dur tout les deux et il était rare qu'ils se retrouvent tous ensembles ici. C'est rares moment,s à chaque fois il les savourait, comme si cela était le plus beau des cadeau pour lui.

Lorsqu'il fut dans la berline noir, le chauffeur ne tarda pas à enclencher le contacte. Il avait déjà mis la valise du jeune homme dans le coffre. Puis le voila parti en direction de son établissement. Comme à chaque fois, la route fut ennuyeuse. La radio ne cessait de répetter les mêmes chansons ainsi que les mêmes publicités, ce qui fit plonger Mayuchito une nouvelle fois dans ses cours. De temps un sourir apparaissait sur ses lèvres lorsqu'il entendait un publicité pour l'un des hôtels de son père, ce qui lui faisait penser qu'il devait travailler encore plus dur pour pouvoir suivre ses pas. Ce n'était pas à papillonant qu'il allait pouvoir réussir à faire des choses aussi grandes que lui. Oui, son père était pour lui son model de réussite : partir de rien pour arriver au sommet. La différence qu'il avait avec lui, c'était que lui était déjà haut placé et qu'il ne lui suffisait pas de grand chose pour arriver au sommet. Mais pour y arriver, il fallait encore qu'il travaille et pas qu'un peu.
Après une heure de trajet, Mayuchito soupira. Il avait sommeil. Il faut dire qu'il ne dormait pas beaucoup pendant ses nuits. Il se laissa à s'affaler le dos contre la banquette arrière. C'était très confortable. Puis, il se mit à regarder le paysage défiler. Il n'était pas spécialement joli, mais cela faisait passer le temps, de plus, cela le berçait lentement mais sûrement. Très vite, le véhicule arriva en ville. Il n'était donc plus très loin de sa destination. mais alors que le chauffeur s'arrêta à un feu rouge, le jeune homme remarqua qu'il se trouvait non loin d'un cimetière. Vraiment glauque ... Mais ce n'était pas la vue du portail bien forgé qu'il l'interpela, ce fut plutôt la vue d'une demoiselle qui fit garder son regard sur cette grille. Cela lui faisait penser que cela faisait bien longtemps qu'il n'avait pas rendu visite à ses grands parents qui se trouvaient enterrés dans ce cimetière.


"Veuillez vous arrêter devant le cimetière, je vous prie.
-Très bien monsieur."

Le chauffeur parcoura les derniers métres et excuta le souhait de son maître. Il se leva de sa place puis alla ouvrir au jeune homme qui sortit du véhicule. Le vent souflait dans ses cheveux, les faisant voler dans son dos avec grace. Ce vent était frais en cette saison, tout comme la température qui avait bien baissée en comparaison aux températures estivales. C'est à partir de ectte saison que son long manteau était le bienvenue.
Mayuchito contempla un instant la grille puis s'avança vers les pierres tombales. Ils passa à côté d'une bonne vingtaines avant de revoir la jeune fille qu'il avait vu au loin, mais il ne fit pas très attention à elle. Pour le moment, il voulait simplement trouver la tombe de ses grands parents, qu'il ne tarda à trouver. Là, il y resta pendant plusieurs minutes à parler dans le vide. Il ne dit pas grand chose d'intéressants, il s'excusa juste de n'être pas venu plus tôt et sur le fait qu'il n'avait ni de fleur, ni d'encent tout en promettant de revenir avec ces deux éléments la prochaine fois qu'il reviendrait. Puis il reparti en arrièrev avant de revoir la même demoiselle. Mais cette fois-ci, il détourna son regard vers elle. Elle avait l'air triste. Mayuchito ne savait à qui elle rendait visite, mais une chose était sûre, c'est que cela lui faisait mal de les rencontrer dans ce lieu à l'apparence si lugubre.
Il aurait pu très bien continuerson chemin et retourner dans la voiture qui le mènerait jusqu'à l'académie, mais au dernier moment il s'avança vers cette inconnue. Avait-il pitié d'elle ? Pas vraiment, c'était juste qu'il n'aimait pas voir une visage triste sur une fille. Les femmes étaient faites pour sourire et rire aux éclats : montrer la joie de vivre et non se morfondre sur elle même et pleurer des littres de larmes.


"Voici un visage laid. Je ne suis pas sûr que la personne que vous venez de voir aprécie de voir un tel visage."
Revenir en haut Aller en bas
Hirashikiyama Fumi
~° Souriez =) :: Bimbo et alors? °~
~° Souriez =) :: Bimbo et alors? °~
avatar

Sagittaire Buffle
Messages : 758
Date d'inscription : 11/09/2009
Age : 20
Emploi/loisirs : Cuisiner ! Un jour je serais reconnue !
Sentiments, humeur : Envie de cuisiner ~

Carte d'étudiant/de professeur
¤ Clubs/Métiers ¤: Cuisine. / Travail au Emerald Kingdom
¤ Année & Etablissement ¤: 4ème année de lycée.
¤ Autres/RPs ¤:

MessageSujet: Re: Rencontre inatendue [PV Natsu]   Mer 25 Nov - 15:56

Par quoi commencer ? Aujourd'hui, nous sommes le 25 novembre. Le jour de mon anniversaire. Non pas le jour de la mort de mes deux parents, mais je n'étais jamais aller sur leurs tombes. Mon père était un japonais de vingt-neuf ans quand il est mort, ma mère, une anglaise. Mes deux parents travaillaient pour l'État, sous une organisation des plus farfelues. Mes parents, grâce à cela étaient très riches. Enfin, je suppose, puisque d'après ce que je me souviens de mon ancienne maison, elle était grande, même énormément grande. Les salles étaient remplis, on recevait des amis. Enfin, je peux pas le dire très clairement, j'étais petite après tout. D'ailleurs, les seules photos que j'ai de mes véritables parents sont dans ma valise. Heureusement que ma colocataire n'est pas très curieuse... De toute manière, ça ne se fait pas de fouiller dans les affaires des gens, n'est-ce pas. Enfin bref. Je m'étais levée assez tôt. Comme d'habitude. Même s'il y allait avoir cours, raté une journée entière ne va pas me tuer. J'irais rattraper les cours. C'était pas un problème. La sonnerie pour réveiller tout le monde avait retentit. Mais je ne me levais pas. J'attendais que tout le monde soit partis pour m'habiller. Et bien oui, je voulais m'habiller après tout le monde. Mais je n'allais pas mettre ce que j'avais et qui ressemblais à peu près à l'uniforme de l'école. Cela ne servait à rien, car je n'irais définitivement pas en cours aujourd'hui. Je n'étais pas d'humeur, j'avais plus envie d'aller voir mes parents, leurs demandés des choses. Non pas qu'ils soient encore vivants, mais... aller sur leur tombe pourrait me libérer. Enfin bref, je me comprends, c'est l'essentiel. Je m'étais enfin levée, après dix minutes. Je sortais du couloir, regardant à droite et à gauche, pour voir si un pion n'était pas dans le coin. Je m'avançais vers les douches, mes affaires dans les mains. Tout était noir. Je serais la femme habillée de noir pour aujourd'hui...

Je m'étais lavée. J'avais pris mon temps, je n'étais pas pressée. Enfin si, un peu. Je pris environs sept minutes, puis je m'habillais. J'avais une jupe courte et noire, ainsi qu'un haut à manche courte que je recouvrais d'une veste noir. Je mis également des collants noirs, assez épais pour pas avoir froid. La seule pointe de rouge dans tout cela était une rose dans mes cheveux. Un rouge que, visiblement, ma mère aimait. J'étais très prudente, je ne faisais pas de bruits. Si je me faisais repérer, aïe. Ça allait barder pour mes fesses. Mais là, personne. J'étais soulagée. Je couru aussi vite que possible vers la sortie. Je me faufilais en dehors. J'avais également pris un sac noir, où dedans se logeait des choses assez importantes. Ma carte, mon portable, un stylo, des papiers, une carte... enfin, des choses de ce genre quoi. Plus les photos de mes deux parents. Je me mis à marcher en direction du cimetière. Plein de choses me revenait en tête. Quand le médecin m'avait demandé mon nom, mon prénom, mon âge et ce qu'il s'était passé ce jour-là... quand on m'avait mise dans un centre, quand je passais de famille en famille. C'était plus ou moins de mauvais souvenirs. Enfin bref, j'avais changé... à peine deux mois dans l'académie, j'étais vraiment différente d'avant. Peut être le fait que j'aime quelqu'un ? Je sais pas. Mais bon, là n'était pas la question. Je traversais les rues. Je pensais qu'il fallait au moins que j'achète des fleurs. Je partis voir le fleuriste, acheta un bouquet de rose et un bouquet de bleuet. Je partis du magasin et j'arrivais enfin au cimetière. Je rentrais dans l'incroyable cimetière, pas si lugubre que cela. D'ailleurs, je trouvais un peu trop beau comme cadre, mais après, si dans le cimetière y avait pas de fantôme... ça me convenait. Fin bref (Je dis souvent bref dans ce rp Ôô), on s'en fiche de cela.

J'étais en train de regarder les tombes. Je savais que mes parents avaient un prénom... J'ai eu du mal à m'en souvenir, mais hier je m'en étais rappelé, et j'avais noté ça sur un bout de papier. Akane pour ma mère et Hotaru pour mon père. Je pris le temps de bien regarder toutes les tombes. Puis là, je vis... celle où étaient enterrés mes deux parents. Shizuka Hotaru Né le 05/07/1959 - DCD le 18/02/1998. Shizuka Akane Née le 12/03/1960 - DCD le 18/02/1998. Mon père aurait cinquante ans aujourd'hui, ma mère quarante-neuf... je posais les deux bouquets près du nom de mes deux parents. Mon père avait les bleuets, ma mère les roses. Je murmurais des phrases.
"Que s'est-il passé ce jour-là ? Pourquoi ? Comment ?" C'était sûrement les deux questions qui revenaient le plus dans ma tête. J'avais crié "Mais put**n, que s'est-il passé ?!", personne n'était aux alentours. Il n'y avait personne. Je sentis une main se poser sur mon épaule disant : "Tu t'en souviendras au moment voulu, Natsu." La voix qui m'avait parlé était sûrement ma mère. Cette voix féminine... "Tu sauras tout. C'est ce que nous promettons, Natsu." Cette voix-ci... mon père. Je sentis une main se poser sur ma deuxième épaule. Je me retournais brusquement pour voir qui m'avait touché. Personne. Il n'y avait strictement personne. Mes deux parents m'avaient parlés, c'était sûr; même certain. J'eu une mine triste pendant un trèèès long moment. Le vent faisait voler mes cheveux gracieusement. Je regardais la tombe, d'un air triste. Il n'y avait que mes deux fleurs, l'encens que j'avais dans mon sac et que j'avais posé à l'instant. J'entendais des pas derrière moi, peut être que quelqu'un était arrivé ? Mais là n'était pas ma principale concentration. La personne s'arrêta derrière moi, puis dis : "Voici un visage laid. Je ne suis pas sûr que la personne que vous venez de voir aprécie de voir un tel visage."

Je fus légèrement surprise que quelqu'un m'aborde. Je le regardais. Puis, je me rappelais de qui il était dans l'école... quelqu'un d'important, membre du groupe des K.A.T. J'en avais entendu parler. Amaya Mayushito-sama. Je crois que son rang est OR, d'après ce que j'ai vu sur les tableaux. Il me fallait tomber sur lui. Je l'observais silencieusement. Amaya-sama avait des cheveux bleus, mais aussi des yeux jaunes. Assez peu communs, je l'avoue. Il était le garçon "intelligent et classe" du groupe. Aaah, décidément... j'aurais préféré tombé sur quelqu'un de mon rang, ça aurait été plus simple. Mais aussi, ça m'aurait évité bien des ennuis. Enfin... le vent était frais, mais bon, c'était bientôt l'hiver... Je me levais. "Voici une façon bien impolie de s'adresser à une inconnue." dis-je. Je souriais narquoisement en croisant les bras. Je m'inclinais par la suite pour le saluer. "Bonjour, Amaya-sama." Je me remis droite, puis j'attendais sa réaction, toujours en train de réfléchir à ce qui s'était passé ce jour-là...


[#5E2619]
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
« Qui a faim ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Rencontre inatendue [PV Natsu]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Natsu D. Fairy !!![en cours]
» L'odeur du sang [Pv: Natsu]
» Studio Of Manga Video, Search By Natsu/Ichigo
» Densakusen s'agrandit ? ( Pv Michmich - Natsu )
» Natsu Dragneel - Rêve compté

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: ¤ Wonder Garden ¤ :: • Antiquités :: Archives 2OO9-2O1O-
Sauter vers: